1ère journée internationale de l'identito-vigilance


1er février 2010 - Paris
La Pitié - Salpêtrière
Faculté de Médecine - UPMC

    


L'évènement

Dans l'actualité portée par la loi HPST et l'avènement de l'INS élaboré par l'ASIP Santé, avec pour thème :

Identification nationale des patients et identito-vigilance territoriale

Programme
et présentations

S'inscrire en ligne
-
CLOS

Contact
-
j2i.2010@prodiv.org

____________
Les objectifs
Le contexte

- Le matin, des exposés suivis d'une table ronde


 Parrainé par


ORDRE DES MÉDECINS



 Sponsorisé par




-

le projet national

-

les éléments clés de projets comparables

- L'après-midi, deux séminaires thématiques

-

l'intégration de l'INS dans les systèmes d'information des établissements et des réseaux

-

la mise en œuvre d'une identito-vigilance à l'échelle territoriale

Les objectifs

Présenter l'identification nationale des patients
dans la perspective concrète des établissements de santé.

Recenser les éléments pratiques de sa mise en œuvre
afin de guider l’action des cellules d'identito-vigilance et des responsables de systèmes d’information.

Réunir les acteurs concernés
institutionnels, hospitaliers et industriels, afin d'élargir la réflexion et harmoniser les actions.

AAAAA

Le contexte

La 1ère journée nationale de l'identito-vigilance
Le 27 janvier dernier à Besançon, avec plus de 300 auditeurs, a démontré l'intérêt de ce sujet.
Elle a révélé leurs
attentes : approfondir un thème d'actualité pour fournir des éléments concrets de mise en œuvre réelle.

La Loi HPST
place l'Hôpital dans un système de Santé, centré sur le Patient, au niveau d'un Territoire.
En conséquence,
des échanges d'informations médicales nominatives, entre hôpital, clinique, réseau territorial ou national, structure médicosociale-sociale, médecine de ville.

L'ASIP Santé (Agence des Systèmes d'Information Partagés de Santé)
apporte des éléments clés pour une mise œuvre efficace de ces flux de données médicales nominatives : un cadre d'interopérabilité et un INS (Identifiant National de Santé).

Il reste aux acteurs du terrain, entités de santé comme éditeurs de logiciels, à les rendre véritablement opérationnels.